La « presque bénédiction » scandaleuse du Pape François, concernant des actes criminels de pédophilie au Chili. 

PAPE FRANCOIS

 

 

 

 

 

 

Luis Fernando Ramos Perez, membre de la Conférence des évêques du Chili, donne une conférence de presse le 18 mai 2018 au Vatican. Vincenzo Pinto - AFP

Scandale de pédophilie : tous les évêques chiliens remettent leur démission au pape

La conférence épiscopale chilienne a annoncé vendredi 18 mai 2018, que les 34 évêques venus à Rome rencontrer le pape François lui avaient remis leur démission, dans le contexte d’un rapport concernant un scandale de pédophilie au Chili.

          "Nous, tous les évêques présents à Rome, avons remis nos postes entre les mains du Saint-Père afin qu'il décide librement pour chacun d'entre                nous", indique une déclaration lue devant la presse.

       "Nous voulons demander pardon pour la douleur causée aux victimes, au pape, au peuple de Dieu et à notre pays pour les graves erreurs et                     omissions que nous avons commises", déclarent les évêques, après trois jours de rencontres avec le pape au Vatican.

        "Nous remercions les victimes pour leur persévérance et leur courage, malgré les énormes difficultés personnelles, spirituelles, sociales et familiales          qu'ils ont dû affronter, auxquelles s'ajoutaient souvent l'incompréhension et les attaques de la communauté ecclésiale", ajoutent-ils.

        "Nous implorons leur pardon et leur aide pour continuer à avancer sur le chemin de la guérison des blessures, pour qu'elles puissent se cicatriser",            poursuivent les évêques. 

Un pape argentin au secours d’une Église chilienne déconnectée, titré la chaine d’info France 24

PAPE FRANCOIS 2

Le Pape François pose aux côtés de représentants de l'Église chilienne le 16 janvier 2018 dans la cathédrale de Santiago du Chili.

http://www.france24.com/fr/20180518-chili-vatican-scandale-pedophilie-eveques-chiliens-demission-pape-francois

En conclusion des quatre rencontres avec les évêques chiliens, le pape François leur adresse une incroyable lettre ce 06/06/2018,  aux 34 évêques chiliens au terme des quatre rencontres.

Chers frères dans l’épiscopat,

Je vous remercie d’avoir répondu à l’invitation à accomplir ensemble un discernement franc face aux graves faits qui ont nui à la communion ecclésiale et qui ont affaibli le travail de l’Église au Chili au cours de ces dernières années.

À la lumière de ces événements douloureux en ce qui concerne les abus – abus de mineurs, abus de pouvoir et abus de conscience – ces rencontres ont été l’occasion d’approfondir la gravité de ces faits et les conséquences tragiques qu’ils ont eus en particulier pour les victimes. J’ai moi-même demandé pardon de tout cœur à certaines victimes, un pardon auquel vous vous êtes volontairement unis et avec la ferme intention de réparer les dommages provoqués.

Je vous remercie pour la pleine disponibilité manifestée par chacun d’entre vous en vue d’adhérer et de collaborer à tous ces changements et résolutions que nous devrons mettre en œuvre à court, moyen et long terme afin de rétablir la justice et la communion ecclésiale.

Après ces jours de prière et de réflexion, je vous invite à poursuivre l’édification d’une Église prophétique, qui sache mettre au centre ce qui est important : servir le Seigneur dans celui qui a faim, celui qui est en prison, dans le migrant et dans la victime d’abus.

S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi.

Que Jésus vous bénisse et que la Vierge Marie prenne soin de vous.

Fraternellement

Le pape François avait annoncé jeudi 24 mai 2018, des «changements» à court, moyen et long terme pour rétablir «la justice» au sein d’une Église chilienne entachée par des scandales de pédophilie, dans une lettre adressée aux 34 évêques chiliens, rencontrés à quatre reprises au Vatican entre mardi et jeudi.

La lettre du pape François aux catholiques chiliens le 31 mai 2018

Chers frères et sœurs, - Le 8 avril dernier, j’ai convoqué mes frères évêques à Rome pour chercher avec eux des chemins de vérité et de vie à court, à moyen et à long terme, face à une plaie ouverte, douloureuse et complexe qui ne cesse de saigner depuis longtemps (1). Je leur ai suggéré qu’ils invitent tout le saint peuple de Dieu à se mettre en état de prière afin que le Saint-Esprit nous donne la force de ne pas tomber dans la tentation de nous enliser dans des propos dépourvus de sens, dans des diagnostics sophistiqués ou en de vains gestes, qui ne nous permettraient pas d’avoir le courage nécessaire pour faire face à la douleur causée, au visage des victimes et à l’ampleur des événements. Je les ai invités à regarder où le Saint-Esprit nous conduit, puisque « fermer les yeux sur son prochain rend aveugle aussi devant Dieu » Lire la suite : https://missiondefrance.fr/lettre-du-pape-francois-aux-laics-chiliens-juin-2018/ 

Albert Camus écrivez dans son Carnets II. - "Quand on a vu une seule fois le resplendissement du bonheur sur le visage d'un être qu'on aime, on sait qu'il ne peut pas y avoir d'autre vocation pour un homme que de susciter cette lumière sur les visages qui l'entourent... et on se déchire à la pensée du malheur et de la nuit que nous jetons, par le seul fait de vivre, dans les cœurs que nous rencontrons".

Le visage des victimes chilienne reste assombri, à tout jamais, le pape l’a privé de justice. Je me révolte contre la bêtise humaine, même si c'est le Pape…

Rachid Dechemi Méliani.