Ils reviennent d’entre les morts

Ils reviennent d’entre les morts.... Des faits réels ...

Retrouvé "mort", un détenu espagnol se réveille avant son autopsie

MIRACULÉ - Déclaré mort après une apparente tentative de suicide, un détenu espagnol s'est réveillé à la morgue juste avant son autopsie. Transporté à l'hôpital central des Asturies, cet homme de 29 ans aurait cependant contracté une pneumonie après son passage dans la chambre froide.

Revenu d'entre les morts... en vrai. Dimanche, un homme détenu dans une prison de la région d'Oviedo, dans le nord de l'Espagne, a été retrouvé inanimé vers 8 heures du matin et trois médecins "ont observé qu'il ne présentait aucun signe de vie", a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'administration pénitentiaire.

Les trois docteurs l'auscultent et constatent alors que l'homme, ne présentant aucune constante vitale, et qu'il est bel et bien mort. Le corps est alors évacué à l'institut de médecine légale d'Oviedo, mais au moment d'effectuer l'autopsie à la morgue, le détenu s'est réveillé.

Âgé de 29 ans et père de cinq enfants, Gonzalo Montoya purge actuellement une peine pour vol de métaux et aurait, selon l'administration, tenté de se suicider. Après avoir repris connaissance, le détenu a été transféré à l'hôpital central des Asturies, où il se trouvait encore mercredi. Dans un entretien à El Mundo, la famille du miraculé explique que ce dernier, tiré d'affaire, a cependant contracté une pneumonie après son passage par la chambre froide. Quant aux autorités, elles n'étaient pour l'instant pas en mesure de préciser combien de temps l'homme a été donné pour mort.

Il s'est aperçu qu'on le sortait de la housse pour le mettre sur la table et pratiquer l'autopsie. Le père du détenu aux journalistes

"Il s'est aperçu qu'on le sortait de la housse (mortuaire) pour le mettre sur la table et pratiquer l'autopsie", a raconté son père, José Carlos Montoya, qui a confirmé que son fils était inconscient après une tentative de suicide à l'aide de médicaments ingérés dans la prison.

Comment expliquer cette "mort" temporaire ? Il s’agirait d’une catalepsie, à savoir la suspension complète du mouvement volontaire des muscles dans la position où ils se trouvent positionnés. L'individu touché par ce phénomène donne alors l'impression d'être décédé. L'administration pénitentiaire et le gouvernement régional des Asturies ont, chacun de leur côté, ouvert une enquête.

La rédaction de LCI -  10 janv. 16:43

 Plein d’autres cas similaire dans le monde.

Paris : déclarée morte par le Samu, elle est "ressuscitée" par deux policiers

MIRACLE - Jeudi 20 avril, une femme est déclarée morte par un médecin du Samu. Une heure et demie plus tard, deux policiers se sont rendu compte qu'elle respirait toujours.

Cette histoire restera probablement gravée à jamais dans leurs mémoires et pour cause. Jeudi 20 avril, deux policiers ont fait preuve d’un sang-froid incroyable quand ils ont découvert qu’une femme, déclarée cliniquement morte par un médecin du SAMU, respirait encore une heure après. Sans ces deux héros, cette femme de 49 ans aurait probablement été enterrée vivante ou serait morte à la morgue. Selon les informations de nos confrères du Parisien, la victime est depuis hospitalisée à l’hôpital Necker (XVe).

Déclarée morte à 18h10

Jeudi 20 avril, la victime, une mère de famille divorcée et souffrant d’anorexie depuis ses 20 ans, est retrouvée inanimée par sa fille de 18 ans dans son appartement du XIIème arrondissement de Paris, rapporte le journal. Les secours sont appelés pour ce qui s’apparente à un arrêt cardiaque. Les pompiers ainsi que un médecin du Samu venu de l’hôpital Salpêtrière débarquent sur place.

Le médecin constate que la victime ne respire plus et la déclare morte à 18h10. Il signe un certificat de décès "avec un obstacle médico-légal", soit une cause suspecte. Une heure plus tard, un officier de police judiciaire et un gardien de la paix du XIIIème se rendent sur place pour commencer leur enquête. Au moment où ils soulèvent le drap qui recouvre la victime, ils découvrent qu’elle respire encore. "On constate des mouvements au niveau du ventre", confie au Parisien l’un d’eux. Le gardien de la paix "prend le pouls au niveau de la veine jugulaire et constate une réaction !"

"Ressuscitée" une heure et demie plus tard

Dès lors, l’officier contacte les pompiers pour recevoir une formation accélérée (et en direct !) en massage cardiaque. Avec l’aide des pompiers, les deux policiers se relaient pendant 30 minutes jusqu’à ce que le rythme cardiaque de la patiente reparte sur un rythme normal. Après que le médecin des pompiers est venu constater qu’elle était bel et bien vivante, la victime a été transportée au service réanimation de l’hôpital Necker.

Suite à ce sauvetage héroïque, la commissaire de police du XIIIe a demandé que ses deux fonctionnaires soient décorés de la médaille du courage et du dévouement.

Antoine Llorca - Mis à jour : 26/04/2017

 OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Déclaré mort, un Américain ressuscite aux pompes funèbres

RESURRECTION - Un septuagénaire du Mississippi avait été déclaré mort mercredi avant d'être envoyé à la morgue. Il s'est réveillé le lendemain dans sa housse mortuaire, peu avant son embaumement.

Ce n'est pas le mauvais scénario d'un film d'angoisse, ni le pire cauchemar que votre rédacteur vous aurait conté. Non, c'est l'histoire bien réelle de Walter Williams, un Américain originaire du Mississippi âgé de 78 ans. Mercredi, vers 21 heures, son médecin le déclare mort, sans pouls, suite à un arrêt cardiaque. A minuit et demi, rapporte le site d'informations BBC News, sa famille contacte l'hôpital pour annoncer sa mort et le transporter aux pompes funèbres.

La faute au pacemaker ?

Sauf que Walter Williams n'est pas vraiment décédé : jeudi, alors que les médecins légistes l'ont placé dans une housse mortuaire en vue de son embaumement, le (mal) chanceux s'est soudain réveillé de son trépas et a commencé à se débattre pour se libérer de son morbide étui. Une grande première, et une grande frayeur, pour l'entrepreneur en charge de ces pompes funèbres, Byron Porter, qui a confié n'avoir jamais assisté à un tel miracle.

Comment une telle résurrection est-elle possible ? Selon le médecin légiste qui a constaté son décès, le pacemaker que portait le survivant est tombé en panne et s'est tout simplement remis en marche quelques heures plus tard. Surprenante explication, quand on sait qu'une mort cérébrale, irrémédiable pour sa part, doit a priori être constatée avant de prononcer la terrible sentence.