Nedjma ... de Kateb Yacine.

66751984

Viré dans le Marais, un coup d’œil chez un bouquiniste… Et … Un livre … Une Edition de 1956.

Nedjma est un roman de Kateb Yacine publié en 1956.

IMG_2321

Voilà quarante ans que j'attend le moment favorable pour lire Nedjma de Kateb Yacine.

 IMG_2329

IMG_2322

IMG_2323A

 

 

 

 

 

 

Résumé

Ce roman raconte l'histoire de quatre jeunes hommes (Mustapha, Lakhdar, Rachid, Mourad) dans l'Algérie coloniale qui tombent amoureux de Nedjma, fille d'un Algérien et d'une Française.

Analyse

Ce roman s'inscrit dans un univers mythique : celui de Keblout, chef d'une tribu dont descendent les principaux protagonistes. Sa caractéristique est d'inclure des éléments pastoraux qui peuvent être familiers à la fois aux lecteurs européens et algériens. Tout en empruntant la forme romanesque et le français propres à la culture du colon, l'écriture la modifie selon un rythme propre à l'Algérie.

 

 IMG_2326A

IL A ETE TIRE DE CET OUVRAGE QUINZE EXEMPLAIRES SUR VELIN NEIGE NUMEROTES DE 1 A 15 DONT TROIS HORS COMMERCE CONSTITUANT L’ÉDITION ORIGINALE.

Capture

Lee Editions du Seuil sont une maison d'édition française créée en 1935. Elle doit son nom à cet objectif : " Le seuil, c'est tout l'émoi du départ ".

En 1956 .

Le Seuil été domicilier au 17 rue Jacob, Paris – VIe.

 

IMG_2324

Nedjma

Roman

Etrange roman, à la fois réaliste et symbolique ; d’allure souvent faulknerienne mais où les perpétuels retours au passé, la profonde obsession des origines restent sous-entendus par le besoin et comme l’imminence d’un avenir, par un mouvement d’espoir, un frémissement passionné, l’impatience d’un cheval qui piaffe.

Le thème, la réalité vivante qui est au cœur des divers épisodes, c’est l’Algérie, la patrie perdue et toujours présente, - et qu’il faudra réinventer : « Dans le pays circule une brise unique venue de la forêt, du désert, de la mer, un souffle de patrie perdue. »  « … Et c’est à moi, Rachid, nomade en résidence forcée, d’entrevoir l’irrésistible forme de la vierge aux abois, mon sang et mon pays… car ce pays n’est pas encore venu au monde. »

Telle est la fuyante Nedjma, personnage à la fois central et toujours évanescent, l’inaccessible Nedjma, « l’ogresse au sang obscur », la femme fatale, « Nedjma dont les hommes devraient se disputer la paternité comme si sa mère française l’avait condamnée à ce destin de fleur irrespirable, menacée jusqu’à la profondeur et à la fragilité de ses racines… »

Aux Editions du Seuil – 1956 

IMG_2327

En arabe, Kateb signifie écrivain. Issu d’une vieille tribu de lettrés, Kateb Yacine est né le 26 août 1929 à Condé-Simendou, dans le constantinois. Etudes au collège de Sétif, interrompues par son arrestation (à 16 ans), à la suite de la manifestation du 8 mai 1945, et son internement. Libéré quelques mois plus tard, sur un non-lieu.

1946 : premier plaquette : les poèmes intitulés Soliloques.

1947 : premier voyage à Paris, pour un séjour de 9 mois.

1948 : deuxième séjour à paris, Le Mercure de France publie le poème intitulé Nedjma.

1949 : reporter à Alger Républicain. Voyage en Arabie Saoudite, au Soudan égyptien, en Asie centrale soviétique. Nombreux poèmes publiés à Paris et Alger.

1950 : Mort de son père ; charges familiales.

1951 : rupture avec le journalisme ; docker à Alger ; chômage. Troisième séjour en France (garçon de ferme, ouvrier agricole, manœuvre-maçon, aide-électricien, etc…)

De 1952 à 1954, Kateb Yacine, aidé par quelques amis, peut enfin consacrer tout son temps à l’achèvement de deux œuvres de longue haleine : Le cadavre encerclé, tragédie publiée dans Esprit en 1955 et dont la création à Paris est imminente ; Nedjma, le roman que voici. 

IMG_2328

 Un lien d'une vidéo qui parle en 1959 de Kateb Yacine : https://youtu.be/zHnpU74avvE